13.11.06

tardes de diumenge

Alguns diumenges a la tarda, quan encara sabíem parlar francès i els karaokes domèstics no s’havien inventat, ens reuníem per imitar Brel i els altres.


Powered by Castpost

En acabar la cançó, i de vegades entremig, rèiem com bojos. Cap de nosaltres sabia qui era qui i tampoc no ens importava... Ara, ara ... la roda roda.






















Le cœur bien au chaud
Les yeux dans la bière
Chez la grosse Adrienne de Montalant
Avec l'ami Jojo
Et avec l'ami Pierre
On allait boire nos vingt ans
Jojo se prenait pour Voltaire
Et Pierre pour Casanova
Et moi, moi qui étais le plus fier
Moi, moi je me prenais pour moi
Et quand vers minuit passaient les notaires
Qui sortaient de l'hôtel des "Trois Faisans"
On leur montrait notre cul et nos bonnes manières
En leur chantant

Les bourgeois c'est comme les cochons
Plus ça devient vieux plus ça devient bête
Les bourgeois c'est comme les cochons
Plus ça devient vieux plus ça devient c...

Le cœur bien au chaud
Les yeux dans la bière
Chez la grosse Adrienne de Montalant
Avec l'ami Jojo
Et avec l'ami Pierre
On allait brûler nos vingt ans
Voltaire dansait comme un vicaire
Et Casanova n'osait pas
Et moi, moi qui restait le plus fier
Moi j'étais presque aussi saoul que moi
Et quand vers minuit passaient les notaires
Qui sortaient de l'hôtel des "Trois Faisans"
On leur montrait notre cul et nos bonnes manières
En leur chantant

Les bourgeois c'est comme les cochons
Plus ça devient vieux plus ça devient bête
Les bourgeois c'est comme les cochons
Plus ça devient vieux plus ça devient c...

Le cœur au repos
Les yeux bien sur terre
Au bar de l'hôtel des "Trois Faisans"
Avec maître Jojo
Et avec maître Pierre
Entre notaires on passe le temps
Jojo parle de Voltaire
Et Pierre de Casanova
Et moi, moi qui suis resté le plus fier
Moi, moi je parle encore de moi
Et c'est en sortant vers minuit Monsieur le Commissaire
Que tous les soirs de chez la Montalant
De jeunes "peigne-culs" nous montrent leur derrière
En nous chantant

Les bourgeois c'est comme les cochons
Plus ça devient vieux plus ça devient bête
Les bourgeois c'est comme les cochons
Plus ça devient vieux plus ça devient c...

(Monsieur Brel,
N'êtes-vous pas bourgeois vous aussi? Il me semble vous avoir vu voyager dans de grandes voitures de luxe et avec les plus beaux habits? Vous vous rappelez..... bourgeois c'est comme des cochons, plus ça devient vieux, plus ça devient bête...Est-ce que tout artifice luxueux que l'être humain se procure quand il peut se contenter d'équivalent plus modeste n'est pas un signe de bourgeoisie ou ça s'passe seulement entre les deux oreilles?

Merci,

Steve Lessard

Monsieur Lessard,
L'embourgeoisement est un empâtement des désirs et des valeurs. Un rétrécissement volontaire de l'horizon. Quand on permet à sa vie de devenir une suite de répétitions, un cérémonial d'habitudes. L'habit, quel qu'il soit, ne fait pas le bourgeois. Ni son équipage ou ses jouets. On devient détestable bourgeois quand on se laisse devenir réfractaire à toute forme de changement. Et le bourgeois devient bête quand il professe que son cul-de-sac doit être emprunté par tous. En ce qui me concerne j'ai navigué dans les tempêtes du changement depuis toujours, à pied ou en carosse.

Brel)

7 comentaris:

Arare_ ha dit...

ja ho has dit: quan encara sabíem francès!
Un petonet a mitjanit.

bitxo ha dit...

Vinc a veure't abans d'anar a dormir només per dir-te que m'agradaria que els futurs hipotètics esdevinguessin presents ben reals... i parlar, parlar i parlar. M'agradaria molt. Bona nit :)

F R A G M E N T S ha dit...

No sé de quina època parles, dedueixo que la d'una generació per damunt de la meva. Però Brel és atemporal i esperem que sempre quedi algun cafè per poder-hi fer una d'aquelles tertúlies.

Molinera ha dit...

Aquesta resposta de Brel, que fuig d'estudi, al meu entendre, i queda bé 'amb poc gasto' em recorda discussions Sartre-Camus. A casa nostra també hi havia aquella cançó de Pi de la Serra sobre el burgès que no feia res i que fa provocar alguns comentaris irònics.

Xurri ha dit...
Un administrador del blog ha eliminat aquest comentari.
Xurri ha dit...

Per mi aquestes parrafades en francés són com aquell palíndrom xinés que flota al bloglines, però que no ha estat publicat:
上海自來水來自海上
i que vol dir :

"L'aigua d'aixeta de Shangai vé de l'oceà"

Quedem en paus.

pere ha dit...

Gràcies, arare. Un altre per a tu.
Encara ens en recordem una mica, del francès, no? ;-)

Esdevindran, bitxo, segur. I escoltar, escoltar, escoltar. M'agradaria.
No sé si bona nit o bon dia. Les dues coses, per si de cas.

Una o dues generacions. Però no només és untemporal en Brel, sinó que potser s'hauria d'escoltar més: ell i d'altres.

El burgès, per definició ancestral és el que no fa res, Molinera. És clar que tot ha canviat força i s'ha apartat dels orígens.
Més que fugir d'estudi, és molt parcial, però de totes maneres, si hem de pensar que la cançó respon al seu pensament del moment, la cosa queda més clara.

Estem en pau, xurri. Ais! :-) Un detall, però: si no m'equivoco, on dius oceà hauria de dir mar, encara que no em facis del tot cas, que el meu mandarí està un punt rovellat.
Va, la síntesi és senzilla:
Els tres nois es consideraven respectivament, Voltaire, Casanova i un, el tercer, ell mateix. A la nit ensenyaven els seus culs als notaris que sortien de l'hotel i els cantaven la cançoneta que tenia com a motiu que eren uns porcs.
Ja grans, es reunien al mateix bar que els notaris i parlaven de Voltaire, Casanova i el tercer, d'ell mateix. És queixaven al commissari que quan sortien trobaven uns nois que els ensenyaven el cul, mentre cantaven...